Blog

Le partage d’expériences et les rencontres sont les accélérateurs de l’innovation !
9
fév

3 questions à Vincent Peyrègne (WAN-IFRA)

#1 – Vers les médias de demain décryptera 24 projets innovants de médias français et accueillera Mashable, The Guardian, VG ou encore le FT.
Quels sont les vrais challenges des médias dans cette phase de transformation ?

Vincent Peyrègne : Le défi c’est l’audience. Les industries de contenus en  général, sans doute parce que tout tourne autour de la « créativité », et les médias d’information en particulier, souffrent d’un déficit chronique de compréhension des comportements de consommation.

On est plutôt bon dans le marketing de vente, mais loin d’être au clair sur le marketing produit. C’est un trop vilain mot.
Les rédactions ont commencé à en mesurer l’enjeu avec la montée en puissance des usages numériques. Mais fondamentalement, on ne sait que comptabiliser.

Comprendre les besoins, les réflexes, les usages et les maîtriser sans tomber dans le dévoiement nous échappe très largement. Des usages découlent les technologies, les supports, les offres et une maîtrise de la monétisation.

 

#2 – L’innovation et l’adaptabilité des médias au nouvel environnement technique et aux nouveaux usages sont une priorité WAN-IFRA. Comment accompagnez-vous vos membres et quelles solutions concrètes leur proposez-vous ?

VP : Chacune des quatre grandes offres de service de WAN-IFRA répondent d’une manière ou d’une autre à la transformation de la chaîne de valeur des éditeurs.

En matière d’innovation et d’accompagnement au changement, je pense à trois domaines qui peuvent être utiles à nos adhérents.
D’une part, les services de conseil et de coaching parmi lesquels deux programmes exécutifs : SoMoNews et eRev tiennent une place particulière.
En aval de ces missions de conseil, réalisées avec notre réseau de consultants internationaux, la formation  professionnelle peut apporter des réponses utiles aux questions essentielles de l’adaptation aux nouvelles pratiques, ou l’implantation de nouvelles méthodes de travail.
Enfin, en juin dernier, nous avons lancé une alliance Internationale pour la recherche et l’Innovation Media. C’est un consortium unique au monde qui réunit des labos d’innovation, des centres de recherche appliqués académiques, des clusters, des start-ups et des éditeurs.

Pour le moment, cette alliance réunit des éditeurs et des labs en Norvège, Finlande, Suède, Angleterre, Turquie, Belgique, Pays-Bas. Elle s’étend maintenant au Japon, à Singapour, au Brésil, aux Etats-Unis et en Afrique du Sud.
Le consortium est actif dans la mise en commun de ressources et participe à des projets de recherche privés nationaux et internationaux ou des partenariats publics-privés comme le programme cadre européen Horizon 2020.
C’est un réseau de partage d’expériences et de mise en relation de compétences qui permet de capter des talents et des solutions, afin de les mettre à disposition de notre réseau. C’est aussi une fantastique plate-forme de veille stratégique qui permet à nos membres d’être alertés sur des projets avant même qu’ils touchent le domaine public.

 

#3 – A quoi ressemblera le futur des médias et à quoi faut-il rester attentif et vigilant ?

VP : Je n’ai pas de boule de cristal et ne fais pas de prédictions. On me posait la même question il y a quelques années lorsqu’il s’agissait de commenter une nouvelle formule.
« Est-ce que c’est une bonne formule ?… »

J’ai toujours pensé que l’exercice était vain. Il y a autant de réponses que de marchés et les paramètres sont souvent bien trop subtils pour être compris de l’extérieur.
Ce qui fait la différence entre un succès et un échec tient souvent plus souvent à la culture de l’entreprise qu’à l’offre. Qui aurait pu croire que leboncoin.fr rafle le marché de l’annonce en ligne en France ? Le futur des médias ne ressemblera très certainement à rien de ce que l’on connaît aujourd’hui.
Qui peut dire quelle place tiendra dans le futur les premières expériences de narration immersive ?

On est au début d’une révolution de l’Internet des objets et de l’hyper-connectivité qui  feront basculer le smartphone dans l’âge de la pierre. La « désintermédiation » et l’économie de partage commencent à peine à révolutionner nos modèles d’affaires déjà bien secoués par la démultiplication des usages mobiles, l’explosion de la concurrence et la dévaluation du CPM numérique.

Trois fondamentaux doivent être en tête du classement de la « vigilance » : d’abord le marketing comportemental, c’est-à-dire la compréhension des usages et des comportements de consommation, pas seulement leur comptabilisation (comme la quasi totalité de la profession se contente trop simplement de le  faire).
Je pense qu’il faut être attentif aux ruptures créées par des nouvelles disciplines, ne pas s’enfermer dans l’univers media qui par définition est au croisement de tellement d’autres secteurs.
L’écosystème est en mutation permanente ; il faut comprendre ces enjeux et sortir des silos professionnels de l’économie traditionnelle.

Enfin, la transformation du cadre réglementaire  est un troisième enjeu fondamental pour l’avenir des industries créatives, et en particulier pour les medias d’information. Cela touche aussi bien aux fondements de la liberté d’informer pour être informé qu’au pluralisme et la diversité de l’offre ou les modèles de financement, le respect des règles de bonne concurrence. Tout est lié et c’est ce à quoi nous sommes attentifs à WAN-IFRA.

Pour en savoir plus sur Vincent, rendez-vous sur sa page ‘speaker’…

Leave a Reply