Ludovic Blecher

Directeur Général du Fonds Google-AIPG pour l'Innovation Numérique de la Presse
28
jan

3 questions à Ludovic Blecher (FINP)

#1 – Vers les médias de demain donnera la parole aux médias qui innovent en France et à l’étranger,  que souhaitez-vous montrer à travers votre événement ?

Ludovic Blecher : En 2013 et 2014, les deux premières années de fonctionnement du Fonds pour l’Innovation Numérique de la Presse Google&AIPG, nous avons reçu 83 projets et retenu 53 dossiers.
Petit à petit, l’idée est née de créer un lieu d’échanges pour faciliter le partage d’expériences entre porteurs de projets et les aider à tirer les enseignements autour de projets déjà réalisés ou en cours de développement.

Un grand nombre de thématiques ont été abordées à travers nos financements : les modèles économiques, la vidéo, le Big data, le mobile, … C’est pourquoi, il devient intéressant pour les uns et les autres d’ouvrir un dialogue autour de ces projets, notamment sur les questions clés comme la façon de mener de tels projets. D’où cette idée de comparer les approches sur une même thématique.
Ainsi la matinée sera consacrée, via une série d’ateliers, à la façon dont les éditeurs tentent de répondre de façon différente à une même problématique.

La période que la presse traverse est difficile, mais porteuse d’espoir. D’ailleurs, il suffit de regarder les initiatives à l’étranger. Beaucoup de projets sont porteurs de nouveaux modèles et de relais de croissance.
C’est pourquoi, nous avons aussi eu l’envie d’ouvrir et de montrer ce qui se passe ailleurs, ce qui marche bien !

Ainsi, Jim Roberts de Mashable sera là pour expliquer comment inventer de nouveaux medias, de nouveaux modes d’écriture et comment s’adapter aux nouveaux usages.

La disruption numérique nous oblige à nous interroger. Cette journée, sera l’occasion de montrer en quoi elle est aussi porteuse d’opportunités.
On verra donc notamment comment VG a trouvé des solutions pour monétiser des produits de niche ou encore comment un blogueur allemand monétise ses contenus ; tout ceci, pour finalement évoquer les questions plus importantes que jamais de la production d’un journalisme de qualité, de la diversité, de l’expertise, de l’engagement des audiences et des logiques de monétisation qui accompagnent les nouveaux modèles.

 

#2 – 53 projets financés par le FINP. En fait, quelle est la différence entre un « bon dossier » qui sera accepté et celui qui sera refusé ? A quoi doit-on être vigilant ?

LB : Il n’y a pas de bons ou de mauvais dossiers, il y a des dossiers qui correspondent aux critères du FINP.
A savoir : un dossier clair, précis avec un périmètre bien défini et porteur d’innovation. C’est-à-dire, une innovation à partir du point de départ de l’éditeur.
Nous ne sommes pas sur des logiques de modernisation mais sur une logique de soutien à des projets porteurs de nouveaux relais de croissance de modèles d’affaires cohérents.

 

#3 – A quoi ressemblera le futur des médias selon vous ?

LB : Bien malin celui qui pourra le dire ! Ce qui est sûr c’est que personne n’a trouvé LA recette magique, mais il existe d’innombrables petites recettes qui commencent à fonctionner.
Donc, pas de mimétisme en copiant/collant les solutions des autres mais en ayant la capacité à inventer ses solutions, projet par projet.

Bref de tester, chercher, innover, pour mettre bout à bout les recettes qui fonctionnent et créer ainsi des projets éditoriaux en phase avec les nouveaux usages des lecteurs.

Pour en savoir plus sur Ludovic, rendez-vous sur cette page

Leave a Reply